Conditions idéales pour la fabrication du compost

En plus d’avoir de bons matériaux biodégradables de base (résidus d’origine végétale ou animale), pour réussir la fabrication de son compost, on doit aussi tenir compte des facteurs suivants :

L’emplacement du tas : Pour faciliter le processus de décomposition et de fermentation des résidus, le tas devrait reposer sur un sol nu, bien drainé (pour empêcher la remontée d’eau par capillarité) et aéré.

Aussi, l’endroit choisi devrait être à l’abri des vents dominants (par la présence d’une haie, d’une clôture ou d’un muret), fournir de l’ombrage et favoriser une bonne circulation de l’air.

Aération : On assure l’aération du tas par des retournements réguliers, des injections d’air ou des aspirations d’air.

L’humidité : Le monceau de compost doit demeurer humide mais sans excès d’eau. Pour ce faire, on devrait arroser lorsqu’il fait très chaud. On arrose sur le sommet pour que l’eau se répartisse uniformément vers le bas, à travers tout le profil.

Comme déjà mentionné, il faut éviter les surplus d’eau pour ne pas perdre les éléments nutritifs par lessivage.

– Recouvrement : Pour obtenir une température adéquate au niveau du tas, on doit isoler celui-ci en le couvrant soit de tourbe, de paille ou d’une toile.

Fabrication compost

Catégorie : Compostage
Tags :